fbpx

C'est quoi le design thinking ?

Sans explications claires, le Design Thinking est un buzzword qui peut rester incompris. D'où vient-il, à quoi sert-il ? Quelques réponses :

Définitions

" Design is not what it look like and feels like. Design is how it works. "

Steve Jobs

Le mot design n'a pas la même connotation en français qu'en anglais. Dans l'hexagone, on a tendance à l'assimiler aux notions d'esthétisme tandis que la vision anglo-saxonne se penche plutôt vers la résolution de problème. C'est cette version qui s'applique au Design Thinking. C'est une approche qui consiste à appliquer les méthodologies utilisées par les designers pour résoudre certains problème et cette approche s'applique à tout les secteurs. Le but final étant de résoudre les problèmes de utilisateurs pour leur proposer une meilleure expérience grâce à des solutions innovantes. Il ne s'agit donc pas d'innover pour innover mais bien de partir de la base des usagers potentiels ou réels. On arrive à ce résultat en réunissant une équipe projet pluri-disciplinaire et en mettant en place une méthodologie précise qui favorise la collaboration avec les utilisateurs.

Histoire

1969 : Herbert Simon, économiste et sociologue fait du design une manière de penser dans Sciences of the Artificial.

1973 : Robert McKim publie Experiences in Visual Thinking. Il y défend l’idée qu’utiliser les capacités d’analyse de l’hémisphère gauche du cerveau et la dimension créative de l’hémisphère droit permettent d’avoir une approche holistique d’un problème, et donc de trouver sa solution.

1980-1990 : Rolf Faste donne une 1ère définition du Design Thinking dans ses cours à l’Université de Stanford. La place centrale des besoins de l’utilisateur et l’adoption d’un travail multidisciplinaire se précisent.

Années 1990 : L'agence d'innovation IDEO fondée par David Kelley, applique la démarche de pensée design au business

1992 : Richard Buchanan publie son célèbre article : “Wicked Problems in Design Thinking”, et présente le concept du Design Thinking comme pouvant s’appliquer à presque tout, objet tangible ou système. Selon lui, le designer apporte une façon unique d’aborder un problème et trouver des solutions.

Des années 1990 à 2000 : Cette période inaugure à la fin des années 2000 le design comme “état d’esprit”. Tim Brown (actuel CEO d’IDEO) popularise le terme en 1999. Il affirme la vocation du Design Thinking à rassembler les besoins et désirs de l’utilisateur (ou du consommateur), les possibilités technologiques, et les objectifs économique de l’entreprise.

2004 : Publication dans BusinessWeek de l’article de Bruce Nussbaum qui fait la Une : ” The power of Design “. Le design y est présenté comme puissant levier d’innovation.

2010 à aujourd’hui : popularisation de cette approche dans le monde et diffusion en France depuis les années 2000 avec une accélération en 2010 suite à la traduction de l’ouvrage de Tim Brown : “Change by Design”.

Comment adopter une approche Design Thinking ?

L'essentiel dans cette démarche c'est que l'on doit s'interesser au quotidien des personnes qui se cachent derrière les "utilisateurs" ou la "cible". On ne conçoit pas une solution pour un CSP+ entre 25 et 40 ans mais pour un utilisateur concret qui aura été rencontrés, observés, questionnés.

Les pré-requis essentiels

Travailler au sein d'une équipe pluri-disciplinaire : Réunir un pannel de compétences, de connaissances et de modes de pensées différents permet de comprendre les différents enjeux d'un même problème.

Autoriser l'erreur : “ Échouer tôt, pour réussir plus vite “ disait Tim Brown. Se tromper est une étape d'une quasi-indispensable du cheminement vers une solution viable, et le fait de ne pas brider la créativité de son équipe encourage ce cheminement.

Faire preuve d'empathie : se centrer sur l'utilisateur, c'est se mettre à sa place, et pas seulement en pensée, il s'agit parfois de vivre la même expérience que l'utilisateur pour pouvoir le comprendre au mieux.

Les méthodologies

Il y a plusieurs versions en ce qui concerne le nombre d'étapes lors du processus de Design Thinking ; il peut y avoir 3,5 ou 7 étapes, mais dans le fond, le principe reste le même.

La D-School de l'Université de Stanford en retient donc 5 :

Empathie

L'objectif est de comprendre son utilisateur final : qui il est, quelles sont ses habitudes..? Il est possible de définir des personas au plus proche de ses utilisateurs afin de les garder en tête durant toutes les étapes du projet.

Définition du besoin

Cette étape est essentielle pour le processus de conception, car vous devez exprimer explicitement le problème auquel vous vous efforcerez de répondre. Souvent, un nouvel énoncé du problème peut-être utiliser comme tremplin pour générer des solutions innovantes.

Idéation

La recherche d'idées est l'étape du processus de conception pendant laquelle vous essayerez d'explorer des solutions pour vos utilisateurs. Il s'agit ici d'élargir le champ des possibles et de diverger sur des concepts plutôt que de se focaliser sur une seule solution.

Prototyper

Le fait de prototyper vos idées permet de leur donner vie, cependant il faut garder les prototypes très simples pour permettre d'apprendre rapidement d'eux et de tester un grand nombre de possibilités différentes

Tester

Expérimenter vos solutions vous permet d'obtenir les avis de vos utilisateurs et d'affiner ces dernières afin de les améliorer et continuer à en apprendre de vos utilisateurs.

Ces étapes sont itératives et il est possible de les reprendre à tout moment du projet si besoin en est.

Retour à la liste des articles
envelope-oclosepencilsign-inphonetwitterfacebooklinkedininstagram